Rechercher
  • Jean Benjamin Jouteur

CAPBRETON: LE DERNIER CORMORAN de Philippe Blanchet

Prévoir une liseuse étanche.


Une nage lecture en eau libre


Ce bouquin est à la littérature ce que « la nage en eau libre » est à la natation.


Nager en eau libre demande un certain niveau de base en natation, car vous devrez lutter contre le courant et aussi vous orienter seul sur le plan d’eau. Lire ce livre demande un certain niveau de base en lecture, car le lecteur, tout en luttant contre des courants temporels, devra, s’il veut éviter de dévier de sa trajectoire, ou plutôt de celle de l’auteur, parvenir à s’orienter sur plusieurs plans d’eau.


Nager en eau libre peut être angoissant, parfois on ne peux pas voir plus loin que sa main… Ou au contraire, on peut distinguer le fond de l’eau hanté par quelques poissons fuyants… Alors l’imaginaire se met en route. On élucubre de puissants et féroces requins ou d’autres créatures des mers invisibles mais bien flippantes. Et puis, il y a aussi tous ces bruits que l’on perçoit en nageant. Des bruits pas humains.


Lire ce bouquin peut se révéler angoissant, le lecteur ne discerne pas toujours où l’auteur cherche à l'embarquer, l’expression est d’ailleurs opportune et, se demandant où sont passées les nombreuses créatures de mer, transporté par l’écriture mystérieuse, il échafaude toutes sortes de bestioles marines plus ou moins magiques.


Dans cet ouvrage, comme sur l’océan, vous trouverez des méchants qui poursuivent et qui tuent et des gentils qui viennent en aide, mais on ne sait jamais à l’avance, ni après de temps à autres, à qui on a affaire. Car dans ce livre, de nombreux personnages sont des « Guest stars ». Avec malice l'auteur les a placé sur notre route sans doute pour nous égarer un peu plus.


Car, et c’est aussi un paramètre qu’il faut considérer lorsque vous vous lancez sans bouée à l’assaut de ce livre, sachez qu’en mer, en lac, comme en littérature on peut être confronté à un problème de visibilité. Bon, je dois avouer que je trouve plus fun d’être un tant soit peu paumé dans les paragraphes d’un bouquin plutôt que de lire une histoire dont je devine la fin dès les premiers chapitres.


Donc, et pour résumer mes maritimes propos, pour lire cet ouvrage issu des grands fonds :


  • Apprivoisez votre angoisse.

  • Ne vous posez pas trop de questions sur « ce qui se passe en dessous » de vous quand vous nagez (pardon, quand vous lisez) surtout si la plupart du temps vous ne voyez pas grand-chose.

  • Profitez au contraire, car nager en eau libre, comme lire ce livre est une expérience unique et appréciable.


Un dernier conseil, emportez vos lunettes avec vous, qu’elles soient de nage ou de lecture, de toute façon, vous verrez mieux… Ou vous nagerez mieux.


Moi, je dis ça, je dis rien !


Lien Amazon

Mes chroniques

Mon site auteur

26 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout