Rechercher
  • Jean Benjamin Jouteur

Juste une seconde de Sylvie Grignon

Savoir espérer, savoir s'aimer.


A-t-on droit à une seconde chance ?


 Faut-il endurer les affres de la souffrance, celles du désespoir pour découvrir enfin paix et sérénité ? Faut-il atteindre le fond du gouffre pour espérer un jour pouvoir refaire surface ?


Telles sont les questions que m’inspire ce livre.


Évidemment, l’histoire d’amour n’est qu’un prétexte pour aborder ces thèmes si complexes que constituent résilience et catharsis. Pourtant, on arrive à croire au décor et à ceux (et surtout à celle) qui l’habitent.


Verse-t-on parfois dans les travers de la gentille petite romance ? Oui, sans doute, mais ce n’est guère un problème, car le sujet et surtout les réponses proposées, toujours optimistes, celles auxquelles nous aimerions tous entendre, à défaut d’y croire, sont maîtrisés et agréables à entendre.


Tout au long du livre l’auteure s’efforce de nous faire admettre qu’il est possible de s’alléger du poids de la tristesse, de la peur, de la douleur, de la phobie, pour laisser place à des états plus sains, plus légers, des états enfin apaisés. Les situations que tous parfois nous traversons, peuvent être source de découragements, d’abandons… Les thérapeutes peuvent-ils être des faiseurs d’espérance ? Peut-être, mais ils ne sont pas des faiseurs de miracles… Ils sont là pour aider le patient à s’aider lui-même dans le contexte de vie, parfois difficile, qu’il traverse. Le ou plutôt les processus de changements que traversent les personnages de cet ouvrage, changements toujours positifs, ne sont pas du simple fait de l’intervention d’un soignant. Le discours de Sylvie Grignon le laisse bien entendre. Sans l’aide du patient lui-même, sans sa décision de se transformer lui-même en « faiseur d’espoirs » le thérapeute ne peut rien…


Donc, un bouquin qui fait du bien au moral, car il permet d’espérer.




Lien Amazon

Mes chroniques

Mon site auteur


30 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout