Rechercher
  • Jean Benjamin Jouteur

PROJET ARTHEMIS de Agneta Gerson

Mis à jour : 1 févr. 2020

Quand deux satellites se percutent au dessus de la Laponie

Un bon premier tome qui devrait déboucher sur un excellent second opus.


    Le fait qu’un même bouquin parvienne à réunir tant d’éloges panégyriques tout en réussissant la prouesse de se faire torpiller par une escouade de Scuds, m’a laissé dubitatif.


Alternative :


- Soit l’auteure est harcelée par une cohorte d’ennemis particulièrement virulents, mais bénéficie, fort heureusement pour elle, d’un cheptel d’amis fidèles, prêts à toutes les menteries afin de l’encenser,


- Soit les propos tenus par les uns comme par les autres sont un tantinet exagérés.


Le seul moyen de forger mon opinion consiste bien sûr à mener une enquête objective. Déduction, je me lance dans l’étude scientifique de l’ouvrage.


Je dois reconnaître qu’il se lit rapidement… C’est vrai, comme l’avancent certains détracteurs, qu’il n’est pas très long. Mais force est de reconnaître qu'il se révèle également très prenant.


D’où mon premier constat que je place dans la colonne des + : Quand on plonge dedans, on prolonge malgré soit la baignade… Bon point !


À première vue la deuxième hypothèse énoncée plus haut semble être la bonne. Les pour et les contre, emportés sans doute par leur fougue véhémente, en rajoutent une sacrée couche. À croire qu’ils ne parlent pas de la même œuvre.


À mes yeux, s’il ne s’agit pas du thriller du siècle, ce livre n’est pas non plus le nanar nullissime que certains s’appliquent à démolir. C’est un récit honnêtement agréable, avec certes ses imperfections, mais qui fait passer un bon moment.


Tout ce qu’on demande à un bouquin, quoi !


Ce thriller n’est pas violent… On devine que l’auteure aime (comme nous d’ailleurs) ses personnages et les protège à sa façon dans le pur style :


« Ne vous inquiétez pas mes bébés, des inquiétudes, vous en aurez, mais il ne vous arrivera rien de fâcheux ! C’est maman qui mène la danse.  »


Précisons tout de même que l’un desdits personnages, trop confiant, aurait dû se méfier et ne pas prendre pour argent comptant cette promesse si dure à tenir. Ça risque de lui être fatal. Je n’en dirai pas plus pour ne pas spolier.


Les personnages ! Voilà le point important du bouquin. Le lecteur passe beaucoup de temps avec eux. Il fait leur connaissance, appréhendant leurs peurs, leurs malaises, leurs espoirs, leurs passés, leurs hantises… Trop de temps leur est-il accordé ? Non, pas vraiment, je dirais même pas du tout… si le roman était plus long. Ces intéressantes rencontres seraient sans nul doute fortes agréables à prolonger.


Mais voilà, la vie de ces nombreux protagonistes déborde sur l’action, sur l’intrigue et sur le scénario. Des pistes sont lancées, mais parfois n’aboutissent pas, faute de temps.


À moins que le deuxième tome… (Que je lirai volontiers cela dit en passant)


Car l’écriture est fluide, simple, le sujet est actuel. À la fois inquiétant et passionnant. Dommage que le soupçon onirique, et autres chemins de traverse, ne soient pas plus développés.


À moins que le deuxième tome…


Et puis il y a ce qu'au théâtre nous appelons les intentions du personnages. Elles sont ce qui l'amène à agir. Dans ce roman, si les intentions des "gentils" paraissent compréhensibles, celles des "méchants" sont floues, voire absentes. En fait, j'ignore encore qui sont ces méchants et ce qui les motive.


À moins que le deuxième tome…


Le propos scientifique à présent. Il tiendrait en partie ses promesses si l’auteure se contentait d’être une citoyenne lambda abusant ignominieusement de Wikipédia pour paraître crédible… Mais il n’en est rien.  La dame est ingénieur en informatique et en télédétection spatiale. Pour faire court, c’est une pointure qui pouvait certainement nous en apprendre bien plus. Quand un scientifique se lance dans le roman… Scientifique… Il peut se permettre de développer le côté pédagogique des choses en prenant garde toutefois de vulgariser pour les non-initiés mais véritables passionnés que nous sommes.


Et enfin, le Chili, la Suède, le Maryland, la NASA, la NSA, la CIA, Agneta, toutes ces appellations, ou noms de pays cognent gravement notre imaginaire. Voilà encore beau voyage que nous aurions aimé partager un tout petit peu plus avec vos personnages.


A moins que le deuxième tome…


À mon humble avis et pour conclure, Agneta Gerson a pondu un bon premier tome, peut-être pas tout à fait abouti mais qui se lit volontiers, je suis intimement persuadé qu'elle a toutes les cartes en main pour nous sortir un excellent second opus.


Lien Amazon

Mes Chroniques

Mon site auteur

19 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout